Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TRAHISON


 
Quand on a tant aimé, c’est un rude réveil !
Tu t’es cru dans un nid semblable aux nids des haies,
Caché, sûr et profond. Vain songe ! Tu t’effraies
D’avoir osé dormir ce dangereux sommeil.

La foi, bonne ou mauvaise, a donc un front pareil !
Tu ne veux même plus croire les larmes vraies ;
Et si l’amitié cherche à te panser tes plaies,
Ton désespoir viril arrache l’appareil.

Tu goûtes l’âcreté de l’insulte récente :
Gonflé de sa douleur en niant qu’il la sente,.
Ton grand cœur se console à la bien soutenir.

Mais, si tu veux garder vivace ta rancune,
Marche au soleil, et fuis les pâles clairs de lune,
Et crains plus que la mort ton plus doux souvenir.