Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



COMBATS INTIMES


 
Seras-tu de l’amour l’éternelle pâture ?
          A quoi te sert la volonté,
Si ce n’est point, ô cœur, pour vaincre ta torture,
Et dans la paix enfin, plus fort que la nature,
          T’asseoir sur le désir dompté ;

Ainsi qu’un bestiaire, après la lutte, règne
          Sur son tigre qui s’est rendu,
Et s’assied sur la bête, et, de son poing qui saigne
La courbant jusqu’à terre, exige qu’elle craigne
          Alors même qu’elle a mordu ?

Et comme ce dompteur, seul au fond de la cage,
          Ne cherche qu’en soi son appui,
Car nul dans ce péril avec lui ne s’engage,
Et nul ne sait parler le tacite langage
          Que le monstre parle avec lui,