Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sur son ardent espoir et son haut idéal ;
Et d’autres ont grandi dont il était rival.

Les eût-il égalés ? Peut-être. Mais qu’importe !
Ô maîtres que la gloire incite et réconforte,
Nés avec un front riche et des doigts inspirés,
Ayez pitié de ceux qui vous ont admirés,
Hélas ! Et tant aimés qu’ils ne pouvaient plus vivre
Sans risquer l’aventure atroce de vous suivre.
Maîtres, c’est en comptant leurs blessés et leurs morts
Que le vulgaire apprend combien vous êtes forts.
Cependant qu’aux pays sereins de l’harmonie
Vous voguez largement sous le vent du génie,
Ils tombent, les yeux pleins du ciel où vous planez,
Sur le pavé brutal des artistes damnés.

Celui-là comme vous a connu le délice
D’arrondir savamment une poitrine lisse
Sous la caresse lente et chaste de ses mains,
De suivre avec respect des profils surhumains
Pressentis dans le masque indécis de l’ébauche ;
Et nul n’a plus que lui, modelant le sein gauche,
Frémi d’aise et d’orgueil en y sentant un cœur.