Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Car j’aurais beau l’y laisser naître
          De bonne foi,
C’est quelque ancien amour peut-être
          Qui pleure en moi.