Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



une voix.



Pourquoi donc enfoncer les pointes
D’une ironie âpre et sans foi
Au cœur de ceux qui, les mains jointes,
Veulent prier même pour toi,

Qui pratiquent, fût-ce à grand’peine
Et par la seule peur du feu,
La charité, si surhumaine
Qu’elle suffit à prouver Dieu ?

Ah ! c’est grâce à la foi sincère,
Par un œil humblement baissé,
Que sur notre immense misère
Le premier baume fut versé.

Je vois une larme qui monte,
Au bord de tes cils affleurant…



le chercheur.



Je la laisse couler sans honte ;
Mais on y voit trouble en pleurant.