Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/264

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



J’écrase un moucheron sans peur d’être honni,
Exempté des soucis de la miséricorde,
Sans même que la bête innocente me morde,
Sans raison, par le droit du caprice impuni.

Mais l’homme, qui s’érige en roi dans l’infini,
N’a pas l’immunité du haut rang qu’il s’accorde.
Des pressoirs de la mort son propre sang déborde,
À quelque énorme soif incessamment fourni.

Qui sait ? Ne suis-je point insecte pour un autre ?
Pour l’habitant d’un monde où s’abîme le nôtre,
Géant dont l’œil baissé me semble être un ciel bleu ?

J’y songe, et si parfois sur le bord de ma table
Se pose un moucheron, le sentant respectable,
Je l’épargne pour croire à la bonté d’un Dieu.




________