Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Contre le ciel, Titans nouveaux, nous guerroyons ;
Où la fougue échoua, triomphe la tactique ;
Un triangle l’atteint, debout sur l’écliptique,
Un cristal l’analyse en brisant ses rayons ;

Nous savons maintenant, par leurs échantillons,
Que les astres sont tous de matière identique,
Comme ils sont tous régis, dans leur fuite elliptique
Par un même concert de freins et d’aiguillons.

De ces deux vérités la rigueur m’épouvante :
L’une ôte aux paradis que l’espérance invente
L’éclat surnaturel qu’admire l’œil fermé ;

L’autre me fait douter si mes vœux et mes gestes
Sont plus libres sur terre, où mon être a germé,
Que le vol de ce bloc dans les déserts célestes.




________