Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



une voix.



Qu’importe ! Demande à Virgile
Si, devenus ombres, les morts
Ne pleurent pas l’épaisse argile
Dont jadis étaient faits leurs corps :

Dans leur impalpable substance
Ils ne peuvent plus se léser ;
Mais, n’ayant plus de consistance,
Leurs lèvres n’ont plus de baiser ;

Leurs bras, ouverts comme les nôtres,
Se referment sans presser rien,
Indépendants les uns des autres
Ils souffrent d’errer sans lien ;

Oh ! les chaînes leur font envie :
Ils ne sont que trop peu gênés !



le chercheur.



Entre eux n’étaient-ils enchaînés
Que par la caresse, en leur vie ?