Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tous les bruits de la vie en confuses rumeurs
Expirent dans la brise aux pieds de l’astronome ;
On sent planer la trêve éphémère du somme
Sur la ville, tombeau d’innombrables dormeurs.

Le prochain cimetière a des lits plus durables.
Où serait le grand mal si tous ces misérables,
Malheureux ou méchants, ne se réveillaient pas ?

Ne peux-tu, Zodiaque, achever ta tournée
Sans le secours de l’homme, infirme et sitôt las ?
Toi, Terre, ouvrir demain, sans peuples, la journée ?




________