Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dans l’œil indifférent des vierges, ô Nature !
Tu fis bien d’allumer un céleste flambeau :
Si fort que soit l’attrait d’un corps novice et beau,
C’est grâce à l’Idéal que l’humanité dure.

Le dégoût de peupler une terre aussi dure
Eût peut-être aboli ce frêle et fier troupeau,
Si d’un vain paradis quelque vague lambeau
N’eût flotté pour le cœur plus haut que leur ceinture.

Le soir, quand l’Idéal, complice de tes fins,
Sous le nom de pudeur leur fait des yeux divins
Dont les longs cils penchés ont un attrait de voiles.

Leur regard, fourvoyé par l’ennui vers le ciel,
Paraît, en se baissant, nous offrir des étoiles ;
Et nous nous approchons ! voilà l’essentiel.




________