Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



une voix.



Comme une vasque trop peu large
Déverse l’onde par ses bords,
La terre étroite se décharge
Du flot surabondant des corps ;

Elle n’en borne pas le nombre,
Car peu d’êtres une fois nés
Regrettent le silence et l’ombre,
À sa mamelle cramponnés !

Et quelle vierge n’aventure
Au souffle obsédant de l’amour
Le nœud léger de sa ceinture,
Fière de souffrir à son tour ?

Vis donc ! C’est la loi générale,
Et mange comme tu pourras !



le chercheur.



Une assez commode morale
A tiré la faim d’embarras.