Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



En deuil


 
C’est en deuil surtout que je l’aime :
Le noir sied à son front poli,
Et par ce front le chagrin même
           Est embelli.

Comme l’ombre le deuil m’attire,
Et c’est mon goût de préférer,
Pour amie, à qui sait sourire
           Qui peut pleurer.

J’aime les lèvres en prière ;
J’aime à voir couler les trésors
D’une longue et tendre paupière
           Fidèle aux morts.