Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/304

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'âme a sa gamme intime et les sens ont la leur :
L’artiste sait toucher ces deux claviers ensemble
Et, par l’émotion du nerf profond qui tremble,
Exprime et fait vibrer la joie ou la douleur.

Seule, la volupté n’est qu’un trouble qui charme ;
Mais l’art l’enchaîne au cœur par un chaste unisson,
Et soudain la couleur, le contour et le son
Font éclore un sourire ou perler une larme.

Vénus, la fronde impie, en cassant tes deux bras,
Nous enseigna du moins comment il faut qu’on t’aime,
Et comment, pour sentir ta divinité même,
L’homme doit oublier que tu l’embrasseras.


III


Heureux qui les surprend, ces justes harmonies
Où vivent la pensée et la forme à la fois !
Heureux qui sait donner, en les tenant unies,
Ces deux ailes de l’art aux œuvres de ses doigts !