Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE TRAVAIL


à émile perrière


 
L’humanité fragile a fait ses destinées.
Cette race aux pieds blancs, aux tempes satinées,
Laboure avec l’espoir d’un immense loisir,
Plus grande sans bonheur que son Dieu sans désir.
Cette vie éphémère, insatiable et tendre,
Qui lui fut imposée, elle a su la défendre ;
Et son dur créateur, l’affamant sans pitié,
Père avare d’amour n’est père qu’à moitié.
Mais, s’il croit que son œuvre est parfaite, qu’il dorme !
Nous lutterons plus beaux contre la terre informe,
L’eau du ciel, et des nuits le tombeau quotidien.
Nous sommes, c’est assez, nous ne voulons plus rien ;
Nous prenons son ébauche à ce point ; qu’il abdique !
Nous acceptons de lui cette faveur unique