Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/91

Cette page n’a pas encore été corrigée


pêcherait d’avoir tout-à-fait l'air de porteurs d’eau endimanchés !

« — C’est vrai, et ça serait du moins plus décent au vis-à-vis des gens d’un certain monde qui sont forcés d’admettre ces espèces-là dans leur salon. »

C’était donc généralement avec cet accompagnement d’insolents sarcasmes, que les piètres ministres opéraient leur retraite, le cœur gonflé de fiel et de jalousie contre cette incorrigible et hautaine aristocratie qu’ils avaient la lâcheté de craindre, la bassesse d’aduler, et qui puisait son influence dans leur couardise.

La soirée, que donnait madame de Morsenne brillait donc de tout son éclat ; un ob-