Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/88

Cette page n’a pas encore été corrigée


rientés au milieu de ce monde où ils n’avaient aucune relation, ne se rendaient chez M. de Morsenne que par convenance politique. Aussi, après avoir été saluer madame de Morsenne et échangé quelques mots avec le prince sur les banalités politiques à l’ordre du jour et sur la grosse affaire du moment, comme disaient ces Turgot et ces Sully dans leur argot parlementaire, ils se promenaient un instant dans les salons, allaient contempler les fenêtres ou les fleurs de la galerie pour se donner une contenance, puis s’éclipsaient au plus tôt, non sans avoir souvent entendu des dialogues dans le goût de ceux-ci :

« — Dites donc, mon très cher, qu’est-ce que c’est donc que ce gros homme en noir qui contemple les rideaux de cette croisée depuis cinq minutes ? Qu’est-ce qu’il peut