Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/87

Cette page n’a pas encore été corrigée


vaient les appartements de réception. La duchesse de Beaupertuis habitait le rez-de-chaussée.

Une réunion nombreuse occupait déjà ces salons énormes, dorés, meublés et décorés avec une splendeur grandiose. Là se rencontraient la fine fleur de la vieille aristocratie française, le corps diplomatique, et presque tous les grands seigneurs étrangers alors en résidence à Paris ; on remarquait aussi plusieurs ministres alors en fonctions ; M. de Morsenne, pair de France, ayant daigné, quelques années auparavant, accepter une ambassade importante, et nourrissant l’espoir de revenir aux affaires, était obligé de recevoir les ministres.

Ces pauvres gens, complètement déso-