Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/71

Cette page n’a pas encore été corrigée


bourreau et me fasse mourir sur l'échafaud. Cependant, je vous dis franchement ce que j’éprouve ; sans doute cela passera, mais enfin, tenez... à cette heure, je me sens triste... triste à mourir ; je ne sais pourquoi je pense à embrasser ma pauvre petite fille comme si je ne devais plus jamais la voir...

En disant ces mots, Maria trembla de tout son corps et fondit en larmes.

— Maria... tu pleures ! — s’écria Joseph en se jetant aux pieds de sa femme, et ne pouvant lui-même retenir ses larmes, — mais ces craintes sont folles ! Jérôme... Madame !... dites-lui donc comme moi ! Ah ! que je suis malheureux !