Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/68

Cette page n’a pas encore été corrigée


bonne aventure ; premier miracle ! Comme ces deux femmes sont d’une beauté remarquable (pardon du compliment, madame Fauveau : vous m’y forcez), la sorcière, qui a bonne mémoire, les reconnaît : second miracle ! Enfin, voyant ces deux femmes et un domino réunis, elle leur dit avec la diabolique pénétration de M. de La Palisse : « Vous voilà toutes les trois ensemble ! Souvenez-vous de la rue Saint-Avoye... » Troisième et effrayant miracle !

— Jérôme a raison, — reprit Joseph ; — en y réfléchissant, c’est simple comme bonjour, petite Maria ; cela ne vaut pas seulement la peine d’y songer.

— Tout ce que je puis vous dire, monsieur Bonaquet, — reprit tristement la jeune