Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/58

Cette page n’a pas encore été corrigée


bliant un moment les préoccupations que lui causait Ducormier, et regardant Maria avec attention, — vous voilà pâle... votre main frissonne. Au nom du ciel, qu’avez-vous ?

Après un moment de silence, la jeune femme parut faire un pénible effort sur elle-même et dit au docteur d’une voix altérée :

— Monsieur Bonaquet, que pensez-vous de la bonne aventure ?

— Expliquez-vous, ma chère madame Fauveau, — dit le médecin surpris de cette singulière question.

— Enfin, — reprit Maria, — croyez-vous que ce que les diseuses de bonne aventure vous prédisent puisse arriver ?