Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/54

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’autrefois n’aurait rien promis, ou il aurait tenu loyalement sa promesse.

— Alors, Joseph,— reprit Maria après avoir attentivement écouté, et dont les traits s’étaient peu à peu attristés,— il ne faut plus voir M. Anatole, ça lui sera certainement fort égal, mais nous agirons comme nous le devons pour nous et pour notre ami M. Bonaquet ; son chagrin prouve qu’il a maintenant mauvaise opinion de M. Ducormier.

— Mon ami, — reprit Héloïse après quelques instants de réflexion, avant de renoncer à tout espoir, pourquoi ne pas essayer une dernière tentative auprès de M. Ducormier ? L’influence de votre amitié est qrande