Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/20

Cette page n’a pas encore été corrigée


ment Maria, enchantée de sa pénétration, exprimée d’ailleurs avec un accent de respectueuse déférence, car un comédien lui semblait un personnage. — Ainsi, - reprit-elle d’un ton d’admiration naïve en ouvrant ses jolis yeux de toutes ses forces pour regarder les tableaux, — c’est ça, c’étaient des acteurs dans leurs plus beaux costumes de théâtre ? Oui, oui, voilà là-haut une autre dame déguisée en marquise avec sa robe à paniers.

Sancta simplicitas ! — murmura Bonaquet, en regardant sa femme.

Celle-ci, malgré l’émotion que lui avait causé le souvenir de sa mère, ne put s’empêcher de sourire de la méprise ingénue de