Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/16

Cette page n’a pas encore été corrigée


étiez forcé d’écouter les actions de grâce de tous ceux à qui vous avez rendu la vie, vous n’auriez pas le temps de la rendre à d’autres.

— Attrape ! Jérôme, — dit Joseph tout fier de la répartie de sa femme. — Va donc t’y faire mordre maintenant.

— Après tout, mon ami, — dit Héloïse en souriant et de plus en plus charmée de la gentillesse de Maria, — vous n’avez que ce que vous méritez !

— Ah ! mon Dieu ! Joseph,— s’écria tout-à coup madame Fauveau qui venait seulement de remarquer les portraits de famille dont le salon était orné. — Vois donc, Joseph, —