Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/147

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Eh ! Monsieur, — s’écria le prince , — que faut-il donc de plus qu’une pareille mésalliance pour...

Bonaquet l’interrompit en souriant et reprit :

— Ainsi, Monsieur, vous reconnaissez formellement, en présence des personnes qui nous entourent, n’avoir d’autre grief à me reprocher que d’être un pauvre diable de roturier, honnête, loyal, laborieux, intelligent, et qui a pour toute noblesse (pardonnez cette fatuité) quelque renom dans la science ? En un mot, Monsieur, il est entendu, il est convenu que vous me tenez pour un parfait galant homme, sauf l’inconvénient de mon manque absolu de naissance ? quoique, entre nous, — ajouta Jérôme en