Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/142

Cette page n’a pas encore été corrigée


ressentit aussi vivement que madame de Robersac le juste châtiment qui venait de l’atteindre, et dit vivement à Héloïse :

— Madame, cette audace...

— Finissons, monsieur, — reprit d’un ton net Jérôme Bonaquet, dont la physionomie si énergiquement accentuée se révélait alors dans toute sa mâle expression ; — ne jouons pas davantage aux propos interrompus : on sait fort bien ici que madame est ma femme ; elle a accompli un devoir de famille en vous faisant part de notre mariage. À cette politesse, voulue par les simples convenances, vous avez répondu, monsieur, par une circulaire qui, ayant trait à madame et à moi, est le comble de l’insolence... ou de la sottise : choisissez !