Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/131

Cette page n’a pas encore été corrigée


de Robersac et M. de Saint-Merry, s’étaient consultés à la hâte pendant le temps que M. et madame Bonaquet avaient mis à traverser la longue galerie ; aussi, lorsque tous deux, marchant parallèlement, ne furent plus qu’à peu de distance de la large baie cintrée qui terminait la galerie, M. de Morsenne, se détachant de la foule, s’avança seul jusqu’au seuil du salon, et s’y arrêta comme pour en interdire l’entrée à M. et à madame Bonaquet.