Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/108

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’une conversation que tenaient deux personnes assises derrière et à quelque distance de lui.

Tel était cet entretien :

— Non, non, mon cher Saint-Géran, tu ne feras pas cette folie.

— Je te répète que si mademoiselle Duval veut de moi, je l’épouse.

— Mais tu dis toi-même qu’elle est sans fortune, sans naissance.

— Elle est fille d’un colonel d’artillerie. C’est, après tout, sortable.

— Mais, mon cher Saint-Géran...

— Mais, mon cher Juvisy, j’en suis fou.