Ouvrir le menu principal

Page:Stretser - Description de la Forêt noire, 1770.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.


toujours pour saisir le premier moment favorable à une invasion. Il est assez surprenant que dans un pays où l’on rencontre beaucoup de communes et à bon marché, on soit si curieux de pénétrer dans l’enclos de son voisin qui nous est défendu, au risque d’être puni sévèrement, si l’on étoit pris sur le fait, car la loi y est formelle.

CHAPITRE XII.


Du port des bayes, criques, bancs, rochers et autres endroits dangereux, avec une note des marées et divers courans ; enfin des guides pour que les marins étrangers puissent se conduire sûrement en voulant mouiller au Merryland.


Ce ne seroit plus vouloir finir que de nommer toutes les bayes, ou de marquer tous les rochers qui se trouvent