Ouvrir le menu principal

Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/286

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui, la connaissant, n’a pas cru devoir me retirer sa précieuse estime !

— Un seul mot suffisait, monsieur Pitman ! répondit Joseph avec une de ses révérences orientales.

Une demi-heure plus tard, le professeur de dessin trouva Michel dans son lit avec un livre ; l’avoué offrait une parfaite image du repos et de la bonne humeur.

— Salut, Pitman, dit-il ! en déposant son livre. Quel vent vous amène, à cette heure du jour ? Vous devriez être à l’église, mon ami !

— Je ne suis guère en train d’aller à l’église aujourd’hui, monsieur Finsbury ! répondit l’artiste. Une nouvelle catastrophe menace de fondre sur moi, monsieur !

Et il tendit à Michel l’annonce du journal.

— Quoi ? Qu’est-ce que c’est que ça ? s’écria Michel en sursautant dans son lit.

Puis, après avoir étudié l’annonce pendant un instant :

— Pitman, je me moque tout à fait du document que voici !

— Et, cependant, je ne crois pas qu’on puisse le négliger ! murmura Pitman.

— Je supposais que vous aviez eu assez déjà