Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/276

Cette page a été validée par deux contributeurs.


un chèque où s’étalait, hardiment, la signature de l’oncle Joseph.

— Voilà qui est parfait ! déclara le gentleman israélite en se levant. Et maintenant j’ai l’ordre de vous dire que ce chèque ne vous sera pas présenté à l’échéance, mais que vous ferez sagement de prendre garde, de prendre bien garde !

Toute la chambre se mit à nager autour de Maurice.

— Quoi ? Que dites-vous ? s’écria-t-il, en se retenant à la table. Que voulez-vous dire ?… Que le chèque ne sera pas présenté ?… Pourquoi aurais-je à prendre garde ? Qu’est-ce que, toute cette folie ?

— Pas la moindre idée, ma parole, monsieur Finsbury ! répondit l’hébreu, avec un bon sourire. C’est simplement un message dont on m’a chargé ! On m’a mis en bouche les expressions qui semblent vous agiter si fort !

— Le nom de votre client ? demanda Maurice.

— Mon client tient provisoirement à ce que son nom reste un secret ! répondit M. Moss.

Maurice se pencha sur lui.

— Ce n’est pas… Ce n’est pas la banque ? murmura-t-il d’une voix étranglée.

— Bien au regret de n’avoir pas l’autorisation de vous en dire davantage ! répondit M. Moss. Et