Ouvrir le menu principal

Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/194

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il est souffrant ; il est dangereusement malade, et personne ne peut le voir !

— Eh bien ! je vais vous dire ce qui en est ! déclara Michel. Je suis venu pour m’entendre avec vous, Maurice ! ce compromis que vous m’avez proposé, au sujet de la tontine, je l’accepte ! Le malheureux Maurice devint pâle comme un mort, et puis rougit jusqu’aux tempes, dans un soudain accès de fureur contre l’injustice monstrueuse de la destinée humaine.

— Que voulez-vous dire ? s’écria-t-il. Je n’en crois pas un mot !

Et lorsque Michel l’eût assuré qu’il parlait sérieusement :

— En ce cas, s’écria-t-il en rougissant de nouveau, sachez que je refuse ! Voilà ! Vous pouvez mettre cela dans votre pipe, et la fumer !

— Oh ! oh ! fit aigrement Michel. Vous dites que votre oncle est dangereusement malade, et cependant vous ne voulez plus du compromis que vous m’avez vous-même proposé quand il était bien portant ! Il y a quelque chose de louche, là-dessous !

— Qu’entendez-vous par là ? hurla Maurice.

— Je veux dire simplement qu’il y a là-dessous quelque chose qui n’est pas clair ! expliqua Michel.

— Oseriez-vous faire une insinuation à mon