Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et je vous l’exposerais bien volontiers, si, par malheur, je ne venais pas de l’oublier tout à coup !

— Je ne sais pas si c’est que je suis idiot… balbutia Pitman.

— C’est cela même ! s’écria Michel. Complètement idiot ; mais riche, aussi, encore plus riche que moi ! J’ai supposé que cela vous ferait plaisir, Pitman, et j’ai décidé que vous nageriez littéralement dans l’or. Mais, par contre, je dois vous avouer que vous n’êtes qu’un Américain, et un fabricant de galoches en caoutchouc, par-dessus le marché. Encore n’est-ce point là tout votre malheur ! Sachez, mon pauvre ami, que vous vous appelez Ezra Thomas ! Et maintenant, ajouta Michel de son ton le plus sérieux, dites-moi qui nous sommes, vous et moi !

L’infortuné petit homme fut interrogé trois fois de suite, avant d’avoir bien appris par cœur la double leçon.

— Voilà ! s’écria enfin l’avoué. Nos plans sont prêts. Ne pas se contredire, c’est cela qui est l’essentiel.

— Mais je ne comprends pas très bien ?… objecta Pitman.

— Oh ! vous en comprendrez assez quand le moment sera venu ! dit Michel en se levant.