Ouvrir le menu principal

Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et il revint à ses confrontations :


MAUVAIS
BON
4. Je n’ai presque plus d’argent. 4. Mais il y en a beaucoup, à la Banque.
5. Oui, mais je ne peux pas toucher l’argent qui est à la Banque. 5. Mais… Au fait, cela paraît malheureusement incontestable.
6. J’ai laissé dans la poche de l’oncle Joseph le chèque de huit cent livres. 6. Mais, pour peu que Pitman soit un malhonnête homme, la découverte de ce chèque le décidera à garder la chose secrète et à jeter le corps à l’égout.
7. Oui, mais si Pitman est un malhonnête homme et qu’il découvre le chèque, il saura qui est l’oncle Joseph, et pourra me faire chanter. 7. Oui, mais si je ne me trompe pas dans ma conjecture au sujet de l’oncle Masterman, je pourrai, à mon tour, faire chanter mon cousin Michel.
8. Mais je ne puis pas faire chanter Michel avant d’avoir des preuves de la mort de son père. (Et puis, faire chanter Michel ne laisse pas d’être une entreprise assez dangereuse.) 8. Tant pis !
9. La maison de cuirs aura bientôt besoin d’argent pour les dépenses courantes, et je n’en ai pas à donner. 9. Mais la maison de cuirs est un bateau qui se noie.
10. Oui, mais ce n’en est pas moins le seul bateau qui me reste. 10. Exact.
11. Jean aura bientôt besoin d’argent, et je n’en ai pas à lui donner. 11.
12. Et le médecin vénal voudra se faire payer d’avance. 12.
13. Et si Pitman est malhonnête et ne m’envoie pas en prison, il exigera de moi des sommes énormes. 13.