Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Vie de Rossini, Lévy, 1854.djvu/84

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand air de bravoure ; et au moment où l’intérêt devrait être le plus vif, la passion manque, l’imagination ne sait plus où se prendre pour être électrisée, et l’on finit pauvrement par applaudir des roulades comme dans un concert.

À Milan, Rossini vola l’idée de ses crescendo, depuis si célèbres, à un compositeur nommé Joseph Mosca, qui se mit dans une grande colère.