Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Vie de Rossini, Lévy, 1854.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de beaux chants, et non de la symphonie, fera du chef d’orchestre d’alors l’esclave soumis des chanteurs, quant au mouvement des morceaux. Quelque médiocre que soit le chanteur, quand il est eu scène, tout doit lui obéir et le suivre, non pas assurément par déférence pour sa personne, mais par respect pour l’oreille du spectateur.