Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/26

Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
ROMANS ET NOUVELLES


à un moine insolent qui ne m’eût pas répondu quand je lui parle.

Les yeux du vieillard se remplirent de larmes. La timide Inès tira de son sein un petit chapelet qui avait touché la robe de la madone del pilar, et ses jolies mains en serraient la croix avec un mouvement convulsif. Les yeux du terrible don Blas s’attachèrent sur ces mains. Il remarquait ensuite la taille bien prise, quoique un peu forte de la jeune Inès.

Ses traits pourraient être plus réguliers, pensa-t-il ; mais cette grâce céleste, je ne l’ai jamais vue qu’à elle.

— Et vous vous appelez don Jaime Arregui ? dit-il enfin au vieillard.

— C’est mon nom, répondit don Jaime en assurant sa position.

— Âgé de soixante et dix ans ?

— De soixante-neuf seulement.

— C’est vous, dit don Blas en se déridant visiblement ; je vous cherche depuis longtemps. Le roi notre seigneur a daigné vous accorder une pension annuelle de quatre mille réaux (mille francs). J’ai chez moi, à Grenade, deux années échues de ce royal bienfait, que je vous remettrai demain à midi. Je vous ferai voir que mon père était un riche laboureur de la vieille Castille, vieux chrétien comme vous, et que jamais je ne fus moine. Ainsi l’injure