Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/189

Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
FÉDER


qu’il se place derrière un paravent, dans un coin de mon atelier, et me fasse une étude de cette tête : cela pourrait lui servir pour une Cléopâtre, prise dans un sens différent de celle qu’il vient de nous donner à la dernière exposition. Parbleu, j’étais un grand sot d’avoir des craintes ; je ne m’attache point à cette petite femme si bien défendue par les grâces de son mari ; je rends justice à un modèle singulier que le-hasard jette dans mon atelier. »

Absorbé dans ces belles réflexions, Féder n’avait point pris garde à la voiture de remise qui s’arrêtait devant Tortoni ; son œil de peintre fut attiré par la taille admirable d’une jeune femme qui montait légèrement le perron de ce café ; puis, son regard arrivant au chapeau, son cœur battit et sa physionomie changea ; ses yeux avides se portèrent sur l’homme qui lui donnait le bras. C’était bien cet être énorme, haut de cinq pieds six pouces et gros plus qu’à proportion, qui avait l’honneur d’être vice-président du tribunal de commerce. Alors, il reporta sa vue avec délices sur la jeune femme qui s’avançait dans le café, et montait l’escalier du fond, pour aller aux salons du premier étage. Il trouva à sa démarche et à sa taille des grâces ravissantes et qu’il n’avait point aperçues lorsqu’il la regardait sans la