Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE III




C
ette discussion ennuyeuse n’était qu’une fade et grossière répétition de ce qui se passe tous les jours dans les salons les plus distingués de Paris ; on voit les gens qui portent les plus grands noms donner à leur petite vanité personnelle le masque de la haute sagesse législative. Cette exhibition d’hypocrisie eût duré encore bien longtemps ; mais heureusement la voiture s’arrêta devant Tortoni. Madame Boissaux, tout entière à ses pensées, ne voulait pas descendre.

— Et pourquoi cela ? s’écria avec humeur le vice-président du tribunal de commerce.

Valentine chercha un prétexte :

— Mon chapeau n’a pas de fraîcheur.

— Eh ! morbleu ! jetez-le par la fenêtre, votre chapeau, et achetez-en deux autres ; qu’est-ce que ça me fait à moi de dépenser à ce voyage vingt mille deux cents ou vingt mille quatre cents francs ? J’ai une jolie femme, et je veux m’en faire