Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.


FÉDER