Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.
112
ROMANS ET NOUVELLES


ment fort éloignée, la portât à quelque démarche désapprouvée par Mlle Alix. »

— « Eh bien, si vous voulez partir, reprit Marguerite avec une grâce charmante, je suis en vérité fort en peine du moyen. Cet hôtel a un concierge, ancien militaire, qui porte le nom pompeux de Gouverneur et qui, tous les soirs, doit placer sur son chevet la clé de toutes les portes extérieures ; et surtout, à l’heure qu’il est, la petite porte du jardin, que vous avez trouvée seulement poussée, est fermée. La maison proprement dite a un portier, et hier soir sur les minuit je le vis apporter toutes les clés à ma mère, qui les mit sur une petite table de marbre à côté de sa cheminée. Alix veut-elle aller chercher sur cette table la clé nécessaire pour vous faire sortir ? »

— « Quatre ou cinq femmes veillent autour du lit de Madame la Princesse, dit Alix, et ce serait là l’action la plus imprudente et la moins secrète au monde ».

— « Eh bien, cherchez donc un moyen pour faire sortir de l’hôtel notre parent, M. de Saint-Ismier, ici présent. »

On chercha longtemps sans trouver. Alix, poussée à bout par les objections de sa maîtresse, finit par commettre une imprudence.

« Vous savez, Madame, que l’on n’a