Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

cette côte chargée de verdure occupe à peu près le tiers de l’horizon. Pour le reste, c’est le redoutable Océan couvert de navires arrivant d’Amérique, et qui attendent la marée haute pour entrer au port.

Le moins joli de cette vue, selon moi, c’est ce que les nigauds en admirent, c’est le Havre que l’on a devant soi, et dans les rues duquel on plonge. Il est à cinquante toises en contre-bas. Il semble que l’on pourrait jeter une pierre dans ces rues, dont on n’est séparé que par sa belle ceinture de fortifications à la Vauban. Ce hasard d’être fortifiée va forcer cette ville marchande à être une des plus jolies de France. Elle s’agrandit avec une rapidité merveilleuse ; mais le génie ne permet de bâtir qu’au delà des fortifications, de façon que dans vingt ans le Havre sera divisé en deux par une magnifique prairie de cent cinquante toises de large. Il y a plus, la partie du Havre que l’on bâtit en ce moment a le bonheur d’être violentée par une grande route royale, qui n’a pas permis à la cupidité de construire des rues comme la rue Godot-de-Mauroy à Paris. Cette seconde moitié du Havre s’appelle Graville, et a l’avantage de former une commune séparée. De façon que, lorsque la mauvaise humeur de M. le maire du Havre ou l’intrigue d’une coterie proscrivent une invention utile, elle se réfugie à Graville. C’est ce qui arrive journellement à Londres, qui jouit aussi du bonheur de former deux ou trois communes séparées.

Cette belle prairie qui divisera le Havre en deux parties est coupée, en ce moment, par un fossé rempli d’eau extrêmement fétide, ce qui n’empêche pas de gagner de l’argent, et, sans doute, est fort indifférent aux négociants de la ville. Mais la mauvaise odeur est tellement forte, qu’il est à espérer qu’elle fera naître bientôt quelque bonne petite contagion, qui fera doubler le prix des journées parmi les ouvriers du port. Alors on découvrira qu’avec un moulin à vent faisant tourner une roue ou une petite machine a vapeur, on peut établir un courant dans cet abominable fossé, même à marée basse.