Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
ŒUVRES DE STENDHAL.

l’admirable château de Combourg. Est-ce le lieu honoré par l’enfance de M. de Chateaubriand ?

Il y a bien des années que je connais l’admirable cathédrale de cette très-petite ville de Dol ; je l’ai trouvée encore au-dessus de mes souvenirs d’enfance. C’est le plus bel exemple du style gothique quand il était encore simple. Suivant moi, l’église de Dol ressemble tout à fait à la fameuse cathédrale de Salisbury.

Je la comparerais encore, non pour la forme, mais sous le rapport de l’élégance et de l’effet produit sur l’âme du spectateur, à ce joli temple antique qu’à Rome on appelle Sainte-Sabine. Elle est située un peu en dehors de la ville, sur un monticule qui domine la plaine fertile et la mer. Le plan, d’une régularité remarquable, serait une croix latine, si le croisillon ne divisait pas l’église en deux parties égales. Dans la nef, deux rangées de piliers soutiennent les arcades, et ces piliers se composent de quatre colonnes accouplées. Mais, du côté de la grande nef, on remarque, au centre de ces piliers, une colonnette qui n’a peut-être pas six pouces de diamètre, et qui de la base du pilier s’élève, complètement isolée, jusqu’aux retombées des voûtes, et ces colonnettes si frêles sont de granit.

L’ogive des arcades de la nef est fortement dessinée par de larges moulures alternativement saillantes et creuses. Les voûtes sont en tuffeau ; elles sont très-minces, et renforcées par des nervures rondes qui se croisent diagonalement.

Le chœur est orné avec beaucoup plus de richesse que la nef : l’architecte y a pratiqué une foule d’ouvertures ; il voulait lui donner une apparence d’extraordinaire légèreté, et surtout attirer l’œil des fidèles par une grande clarté. Plus on étudie les parties de ce chœur, plus on se sent charmé de sa rare élégance. Bientôt, dans cette église, de l’admiration on passe à l’enthousiasme, et, si l’on en excepte la façade, la cathédrale de Dol me semble un des ouvrages les plus parfaits que l’architecture gothique puisse offrir à notre admiration.

Je croirais que vers le milieu du treizième siècle le même ar-