Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
365
MÉMOIRES D’UN TOURISTE

fectés au Nord, dont le caractère anglais et prudent s’aide si bien soi-même ; douze seulement ont été donnés au Midi.

Les routes du Languedoc, si magnifiques du temps des états, se dégradent ; les ports se remplissent de sable. La navigation devient plus difficile dans les rivières du Midi. Aucun ministre n’a eu le temps ni le courage d’envisager la triste situation de cette partie de la France qui s’étend de Montpellier à Poitiers, et de Bayonne à Clermont. Il faut une grande mesure, il faut se résoudre à l’humiliante nécessité de chercher un homme de mérite et de ne pas le destituer au bout d’un an. Il faudrait un travailleur sérieux, comme MM. Cretet, Daru, le maréchal Davoust, etc. Cet homme de mérite aurait la direction des départements les plus arriérés du midi de la France, et y passerait quatre mois chaque année.

Ce qui m’a frappé, ce qui montre bien que le Midi n’est pas doué du caractère âpre qu’il faut maintenant pour gagner et conserver de l’argent, c’est que je n’ai retrouvé à Bordeaux aucune de ces grandes maisons de commerce que j’entrevis avec respect, il y a treize ans, en allant m’embarquer pour les colonies. Le luxe, l’esprit méridional et confiant, le manque de prudence, ont tout dévoré. Tous les grands noms de commerce de Bordeaux sont changés. Sans les troubles d’Espagne et d’Amérique, qui ont envoyé ici cinquante familles millionnaires, sans le bonheur unique de la démolition du château Trompette, Bordeaux, au moral et au physique, serait dans l’état de Rennes, et pourtant Bordeaux est de bien loin aujourd’hui la plus belle ville de France.

Toutefois Bordeaux s’est aidé soi-même ; sa souscription pour le canal latéral de la Garonne s’élève à neuf millions.

On corrompt pour une élection avec des croix et des places, mais on ne peut acheter les masses : c’était la ressource des empereurs romains ; maintenant c’est trop cher. On ne peut plus les séduire avec un moine éloquent. Depuis qu’il y a le Charivari, les masses, mues par des intérêts, continuent avec constance à