Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
344
ŒUVRES DE STENDHAL.

encore d’individu à individu finira par ne plus s’exercer désormais que de grande compagnie à grande compagnie. Ce caractère futur de notre industrie se montre déjà.

Quel particulier pourrait, en 1837, établir une diligence de Paris à Lyon ? Il serait écrasé par trois grandes sociétés qui non-seulement transporteraient pour rien les voyageurs de Paris à Lyon, mais finiraient, comme je l’ai vu en Angleterre, par les prier d’accepter une bouteille d’excellent vin.

Or une société d’actionnaires a des réunions, et dans ces réunions le beau parleur, adroit et peu scrupuleux sur les moyens de succès, a de grands avantages.

Je remarquais hier soir, dans ma conversation avec A…, cet honnête homme qui vénère les friponneries dès qu’elles sont recommandées par un habit brodé, que je m’étonne de bien des choses qui n’étonnent pas les autres ; c’est un grand désavantage. Je suis, à la lettre, un homme de l’autre monde. Arrivé aux colonies ne sachant bien qu’une chose, le grec et le latin, j’ai pris, sans m’en douter, certaine façon de penser simple qu’on a dans ce pays-là. Par exemple, je m’indigne des friponneries électorales antérieures à 1830 ; je n’appelle pas moral un homme simplement parce qu’il répète des phrases empruntées à un journal pieux, et qu’il se fait voir à Saint-Roch tous les dimanches. J’aime mieux, je l’avoue, cet ingénieur qui vient de refuser quinze actions du chemin de fer que l’entrepreneur lui offrait gratuitement ; mais dans ses tournées cet ingénieur a toujours dans sa voiture quelques volumes de Voltaire qu’il dédaigne de cacher, et il est fort immoral. Je sens bien ce qui me manque pour être estimé à Paris. Aussi, pendant tout le temps que j’ai eu besoin des affaires, me suis-je bien gardé de parler, et je passe pour remarquablement silencieux. Si je m’étonne de choses qui n’en valent pas la peine, en revanche je suis fort impartial. Avec le projet presque arrêté de retourner aux colonies, je ris des folies des légitimistes, comme de celles des républicains ou des furibonds du juste-milieu. Je me figure que, dans