Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
ŒUVRES DE STENDHAL.

comique à voir, ainsi que je lai observé à *** ; les Ibères, au contraire, sont fous du chant et surtout de la danse. C’est, après le penchant fou à l’amour, le trait le plus frappant de leur caractère. Si jamais les femmes se mêlent de politique à Madrid, elles dirigeront le gouvernement.

Dans le Morbihan, les Gaëls sont plus nombreux que les Ibères et les Kimris ; dans le Finistère, c’est la race ibère qui l’emporte, et enfin c’est le Kimri qui domine dans les côtes du Nord, de Morlaix et Lannion à Saint-Malo. C’est sur la côte du nord, en face du grand Océan, de Lannion à Saint-Brieuc, que l’on parle le breton le plus pur. Là aussi se trouve la race bretonne dans son plus grand état de non-mélange. La bravoure que ces hommes, presque tous marins, déploient sur leurs frêles embarcations de pêche est vraiment surnaturelle. Pour eux il y a bataille deux fois par mois en été, et l’hiver tous les jours. La plupart des églises ont la chapelle des noyés.

Vers Quimper, on trouve le breton des accents espagnols ; cette contrée s’appelle la Cornouaille dans le pays.

On peut supposer que le Gaël était la langue parlée dans le Morbihan avant l’arrivée des Kimris. On désigne encore par le nom de Gallos, dans ce département, une partie de la population.

On peut supposer que les Gaëls occupaient la plus grande partie de la France, avant que les Kimris vinssent s’y établir ; les Kimris arrivaient du Danemark. Les savants croient pouvoir ajouter que les Gaëls étaient venus précédemment de l’Asie. On tire cette vue incertaine sur des temps si reculés de la nature de leurs langues, que les savants appellent maintenant indo-germaines.

Le caractère distinctif du dialecte que l’on parle dans le Morbihan et des langues tirées du gaël, c’est de retrancher la fin des mots ou le milieu, comme font les Portugais dans leur langue tirée du latin. Chose singulière ! les Gaéls en apprenant le kimri, ont conservé une partie de leurs anciennes habitudes.

D’un autre côté, la présence des Kimris et des Ibères dans le Morbihan a singulièrement modifié le caractère du Gaël. Vous