Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
305
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

Rien ne me plaît, même dans le tableau de Berlin, qui me semble bien plus original que celui de Marseille. Autant qu’on peut le deviner à travers les mensonges pieux des premiers temps de l’Église, saint Jean l’évangéliste était un homme usé par la force des émotions, une nature comme celle de don Quichotte. Le tableau attribué à Raphaël me montre un gros jeune homme joufflu, qui, seulement, a de beaux yeux.

Dans les figures de saint Jean, le Dominiquin l’emporte extrêmement sur Raphaël : voir le tableau de saint Jean, peint à fresque, à Saint-André della Valle, à Rome ; et cependant, par amour pour le beau, le Dominiquin a supposé ce saint Jean fort jeune. Pour les yeux tendres et pieux, le Dominiquin est le premier peintre du monde. Je vais scandaliser : il est d’ailleurs exempt de la petitesse du style, que Raphaël avait contractée à l’école du Pérugin, et dont il n’a pu jamais se défaire entièrement.

Les Marseillais ont mis à leur saint Jean de Raphaël un cadre chargé de fleurs de lis, apparemment pour témoigner que ce tableau vient de la galerie d’Orléans ou de celle du roi à Paris.

D’après l’exécrable laideur de la fontaine qu’on achève en ce moment sur la place royale, à la Canebière, et qui n’est blâmée par personne, Marseille aurait grand besoin de trouver sur cette même place, au point où elle touche à la Canebière, une copie exacte des deux célèbres tombeaux de Michel-Ange dans l’église de Saint-Laurent à Florence. Ces mâles contours, si différents du joli, pourraient former le coup d’œil des gens de ce pays.

Un Marseillais, M…, a fait don à une église de la rue de Grignan, près d’une jolie place garnie d’arbres, d’une Adoration des Rois, qui n’a rien de mesquin. On voit que le peintre croit aux choses qu’il représente. Les têtes d’enfants, surtout, sont fort bien. Le portique sous lequel paraît la madone n’est pas assez vénérable ; il le fallait en ruine. J’y aurais voulu des colonnes toutes à moitié détruites par le temps....... C’est ainsi