Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
279
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

route d’Aix, sont une magnifique villa, qui a appartenu au directeur Barras, et dont le propriétaire actuel est M. de Castellane. Au-dessus des Aigalades, est la charmante maison de Fontainieu, appartenant aussi à M. de Castellane.

Ainsi que l’indiquent ces noms, il y a beaucoup d’eau en cet endroit, ce qui est un véritable miracle en Provence ; il y a même des prairies ; je n’ai pu résister au plaisir d’aller marcher sur l’herbe.

Là, on m’a raconté qu’un jour que M. de Castellane avait donné la comédie, suivie d’un grand bal, à sa belle maison des Aigalades, on vint lui dire que les paysans du quartier quittaient le bal, qui, pour eux, avait lieu dans la cour, et se répandaient dans les prairies. On lâcha les écluses d’arrosage et l’on noya les amours, ce qui divertit beaucoup les personnes qui dansaient dans les salons.

J’ai vu la campagne du roi d’Espagne, ainsi nommée parce qu’elle a été habitée par Charles IV ; elle est au-dessus de l’Huveaune, à un quart de lieue de la mer, et plus éloignée de Marseille que le château Borelli. Dans l’escalier de ce château, sur le dernier palier, j’ai trouvé un tableau de la peste de 1720, curieux comme contemporain.

Pour moi, rien n’égale la promenade le long de l’Huveaune ; j’y vais presque tous les matins ; car, par bonheur, dans ce pays-ci, le courrier ne part qu’à onze heures du soir. Ce charmant ruisseau a deux digues élevées de douze ou quinze pieds au-dessus de son cours, et toutes couvertes de grands arbres, comme les fossés relevés autour des masures, en Normandie.

C’est surtout Belle-Ombre[1] qui me plaît ; cette villa, si bien nommée belle ombre, a appartenu à madame de Simiane. Le Jardinier m’a dit, en me montrant un fort grand pin : « C’est là que venait lire M. Massillon, l’ami de madame. »

  1. Dans les Lettres de madame de Simiane, le nom de ce charmant séjour est ainsi écrit : Belombre. (R. C.)