Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/279

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
273
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

un métier, qu’il fût riche ou pauvre, et aucun motif de religion ne pouvait dispenser de cette obligation : on ne voulait pas d’un corps de prêtres.

Une fille ne pouvait pas recevoir en dot plus de cent pièces d’or ; les habits et les bijoux portés par un citoyen ne pouvaient excéder la valeur de dix pièces d’or. Il n’était permis à personne d’entrer armé dans Marseille : les étrangers reprenaient leurs armes à la sortie.

Il y avait devant la porte de la ville deux caisses sépulcrales en bois ; une pour les hommes libres, l’autre pour les esclaves ; un chariot portait ces caisses au lieu de la sépulture ; les parents terminaient la cérémonie funèbre par un repas, et le deuil ne devait durer qu’un jour. Le glaive que l’on conservait depuis la fondation de la ville pour punir de mort les grands crimes était rongé par la rouille et ne servait jamais.

Un homme qui était ennuyé de la vie exposait aux magistrats les motifs qui le portaient à y renoncer. « On ne voulait pas permettre, dit Valère Maxime, qu’un citoyen se donnât la mort dans un moment de dégoût ou pour une cause légère ; mais on ne voulait pas non plus imposer le fardeau de la vie à qui elle était devenue justement insupportable. » Le conseil des six cents faisait remettre au citoyen qu’il jugeait avoir des causes légitimes pour quitter la vie une certaine quantité de ciguë. Il y a loin de cette sage institution à la colère que le suicide inspire aux gouvernements modernes. Ces magistrats nommés par l’intrigue ne conçoivent pas que l’on puisse être malheureux dans l’heureux pays où ils règnent.

Lucien raconte que Ménécrate, citoyen de Marseille, fut privé de ses biens pour avoir proposé un décret contraire aux lois. Il avait une fille épileptique et d’ailleurs fort laide, et, se voyant condamné, s’écria qu’il ne pourrait jamais la marier. Zénothèmes, ami de Ménécrate, et dont tout le monde vantait les richesses et admirait la beauté, déclara aussitôt qu’il épousait cette fille. Il eut de sa femme un aimable enfant dont les grâces