Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
269
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

On s’est fort égayé aux dépens de cette tendre éloquence. Comme M. le baron a une finesse plus que normande, il voyait fort bien qu’on se moquait de lui ; il a eu besoin de tout son esprit, et pendant trois quarts d’heure il nous a rappelé les beaux jours de M. de Serre[1], soutenant une mauvaise cause à la tribune. Il est parti de bonne heure, car son magnifique château est à plusieurs lieues d’ici.

Après son départ, la conversation, qui n’avait été qu’épigrammatique, est devenue raisonnable.

— Convenons, a dit le maître de la maison, que, quoi que puissent faire l’influence du gouvernement et l’éloquence des gens vendus, comme M. le comte N., le régime actuel, ou plutôt les habitudes actuelles de la société, nous donnent chaque année plus de médecins qu’il n’y a de malades à guérir, plus d’avocats qu’il n’y a de procès à plaider. Tous ces jeunes gens, arrivés à vingt-cinq ans, voient qu’il n’y a pas de places pour eux et s’écrient que la société est injuste. Que de fils de paysans, dont l’éducation s’arrête à moitié chemin, faute d’argent, et pourtant tous ces gens-là ne veulent pas reprendre la charrue que conduisaient leurs pères ! Tous ces jeunes gens attendent l’émeute, même sans s’en douter.

— La guerre, morbleu ! la guerre ou tapage au dedans, s’est écrié le beau-père du maître de la maison, ancien colonel. De combien de lieues carrées la Russie, la Prusse et l’Autriche ne se sont-elles pas agrandies depuis 1789 ? La France a perdu Landau.

— Les diplomates étrangers vous répondront que, grâce aux admirables réformes introduites par Sieyès, Carnot et de Tracy, la France compte maintenant trente-trois millions et demi d’habitants au lieu de vingt-huit millions qu’elle avait en 1795. Il y a plus de puissance là-dedans que dans cinq cents lieues carrées de terrain.

  1. Ministre de la justice sous Louis XVIII, en 1818 ; mort à Naples, ambassadeur de France, en 1824.