Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
257
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

homme qui courtise la fortune doit savoir jouer sur la vanité des salons qu’il fréquente ; il faut être infatigable sans doute, mais c’est pour arriver toujours à l’heure convenable dans les salons que l’on a choisis, et, par quelque temps qu’il fasse, ne jamais manquer les mardis de la femme âgée dont on sollicite la protection. C’est précisément dans les salons de cette dame que le pauvre méridional est trahi par la passion qui respire dans ses paroles.

Là, on voit le jeune homme du Nord froid et réfléchi, et qui ne sent rien que le désir de s’avancer, l’emporter sur le bouillant méridional, que le plus petit incident agite, que la moindre méchanceté met hors de lui. Sans cesse il commet des imprudences dont triomphe son rival, le jeune homme de Lorraine ou de Picardie. À celui-ci le sang-froid ne manque jamais ; la nature lui a refusé la faculté d’être ému ; il profite de cette stérilité d’âme comme d’une puissance, et il a raison ; auprès des femmes de Paris, c’est la plus grande.

Ce qui leur est le plus antipathique, au fond, c’est cette joie du Midi, ce brio qui me fit tant de plaisir à Valence. L’homme heureux qui en est animé, s’il n’excite pas la sympathie la plus vive, réveille l’envie chez les gens d’esprit et semble de mauvais ton à tout le reste.

Si le Méridional parvient à savoir se taire, il ôte tous leurs avantages à ses ennemis, et bientôt parvient à la fortune ; il n’a aucune des faiblesses nerveuses de son rival, le jeune homme de Lorraine ou de Picardie.


— Marseille,..... 1837.

La route d’Aix à Marseille finit par être abominable de laideur ; mais à une lieue ou deux d’Aix on voit encore quelques arbres, l’un desquels s’appelle l’arbre de Villars. M. de Villars, fils de ce Gascon homme d’esprit qui gagna si à propos la bataille de Denain, n’était qu’homme de plaisir, dans le sens le plus étendu et le moins honnête du mot.